BRING ME TO LIFE

...
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Les jours se suivent... ( Libre )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Auteur Message

avatar Kayla Brown


▬ messages : 69


WHO ARE YOU ?
▬ relationship:
▬ lien avec Amanda:
▬ dirty little secret: Jason N. Heston est le père de mon enfant

MessageSujet: Les jours se suivent... ( Libre ) Mer 23 Déc - 18:28

    La nuit était vite tombée sur River Wood. En hiver, le manque de soleil se faisait tant ressentir que parfois Kayla avait l'impression de ne pas pouvoir différencier le jour de la nuit. Malgré les températures glaciales, comme toujours le Phoenix Coffee était ouvert, qu'il neige ou qu'il vente, seul foyer de chaleur pour de nombreuses personnes qui n'avaient nul part où aller. Pour Kayla, c'était la même chose. Même si elle y travaillait et que c'était normal qu'elle y soit, elle n'avait nul part où aller. Emmitouflée dans son manteau et le visage quasiment dissimulé par sa grosse écharpe, elle releva le rideau à moitié, signe que le café allait bientôt ouvrir. Malgré l'obscurité, elle n'eut aucun mal à trouver l'interrupteur. Elle était tellement habituée à cet endroit qu'elle s'y sentait presque comme chez elle. Tandis qu'elle déambulait parmi les allées vides, elle déboutonna son manteau et déroula son écharpe. Elle les déposa au porte manteau derrière le bar et replaça ses cheveux derrière ses oreilles. Le bar avait quelque chose de lugubre dans son silence pesant et sa vacuité. Pour Kayla, au contraire, c'était aussi reposant que paisible. La solitude ne l'avait jamais dérangée au sens physique du terme, il en était autrement pour sa solitude profonde, le grand vide qu'elle ressentait.

    Un à un, elle descendit les tabourets du comptoir et entreprit de replacer correctement les chaises autour des tables. Puis, elle passa un chiffon mouillé sur le comptoir et les tables, histoire d'enlever une poussière imaginaire. De toute façon, le ménage était toujours fait à fond à la fermeture mais Kayla avait ses petites habitudes. Une fois sa tâche terminée, elle retourna bien sagement derrière le comptoir où elle alluma quelques spots supplémentaires. Elle voyait l'ombre des passants se glisser à travers les fenêtres. Qui viendrait ce soir ? Ni plus, ni moins que les habitués certainement. Elle finit de relever le rideau de fer avant d'aller essuyer quelques verres. Il était encore tôt et personne en vue. La soirée s'annonçait bien calme. Derrière elle, les bouteilles d'alcool luisaient à la lumière. Parfois dans le silence, elle avait l'impression de les entendre l'appeler. Toujours, elle résistait à la tentation. Elle était décidée, elle ne pouvait pas tout gâcher encore une fois. Luke lui faisait confiance. Sa vie était correcte à présent, mieux valait se tenir à carreaux. Pour éviter d'entendre de nouveau les voix de la tentation, Kayla se dirigea jusqu'au jukebox. Elle parcourut les dizaines de disques qu'elle connaissait par coeur.... Elle avait déjà entendu toutes les chansons, la plupart lui donnait le cafard. Finalement, elle décida que ce n'était pas une bonne idée. Ses incessants aller retour entre le comptoir et la salle finirent par lui donner le tournis. Il fallait qu'elle se calme, si ça continuait, elle allait finir par voir le fantôme d'Amanda...

..................................
Take my heart to the limit

Le suicide,
Ce n'est pas vouloir mourir.
C'est vouloir disparaître.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar Luke H. Marshall


▬ messages : 98
Localisation : River Wood - Phoenix.


MessageSujet: Re: Les jours se suivent... ( Libre ) Sam 26 Déc - 23:10

    C’ était un temps à s’ enterrer dans son lit, et à refuser d’ en sortir pendant plusieurs jours. Je n’ aimais pas l’ hiver, je détestais être couvert comme un esquimaux, j’ étais frileux, j’ avais les lèvres qui gerçaient et les dents qui claquaient. Le froid c’ est bon pour les amoureux qui se blottissent l’ un contre l’ autre. Une excuse de plus à utiliser… Mais qu’on est seul, le froid c’ est aussi douloureux que la solitude. Le froid rendait morose. C’ était la période des fêtes de fin d’ année, tout le monde semblait être en famille, heureux d’être là à partager des moments simples… Pour moi cette période là était comme une autre, plongée dans la solitude, empreinte de regrets. C’ était pire depuis que j’ avais revu Addison. J’ étais perdu, je venais de tomber dans un gouffre où j’ errais depuis deux ans.. Le retour d’ Addison, c’ était comme si on venait d’ éteindre la lumière. J’ étais perdu dans l’ obscurité et j’ avançais à tâtons pour trouver ma voie. Reprendre la fac ? Repartir, fuir vers d’ autres solutions ? Tout ce qui était sure, c’ était que cela ne pouvait pas rester ainsi… Il allait bien falloir que je me remue un peu et que je remette à revivre. Sortir la tête de l’ eau en tenant un bar, ce n’ était pas assez. J’ étais endetté, il était temps que je fasse un truc… Peut être plusieurs jobs ? Mais où ? Quoi ? Comment ? Je n’ étais pas plus motivé que cela pour me taper un autre boulot de merde. Gagner de l’ argent oui, mais… pas n’ importe comment. Autant l’ admettre, j’ étais devenu partisan du moindre effort. Je détestais trimé pour si peu… Je voulais pas un plan foireux, je voulais quelque chose qui allait marcher. Et j’ étais pas sure que le Phoenix corresponde à mes attentes. Ce n’ était qu’un bar dans un bled pourri…

    Pour simple preuves, mes activités de la journée tenir un bar à moitié vide pendant toute la mâtiné, s’ enfiler un pseudo sandwich fait par mes soins tout en lisant le journal. Quelle vie passionnante ! C’ était mort, tout était mort… même moi, je me sentais mort. J’ avais perdu ma rage de vivre et ces derniers temps, elle me manquait terriblement… L’ après midi, ce fut la même chose, malgré quelques clients, l’ ennui était tellement pesant que je me suis mis à faire les sudoku du journal et même les mots fléchés… Ensuite, mon début de soirée se passa dans un centre commercial au Shopping Center. Plus précisément au rayon librairie, où je bouquina longuement quelques BDs… Ensuite, je me résolu à faire mes courses. Pour moi une batterie de produits d’ entretien, dont une bombe anti-cafard, je ne savais pas pourquoi j’ avais pris ça…. J’ en avais pas besoin… pour le bar, tout ce qui se fessait en matière de café et de boisons. En particulier de l’ alcool, c’ était ce qui partait le plus, malgré que les cafés chaud avait la côté. J’ avais aussi prévu mon repas de soir, pour moi et pour Kayla. C’ était plus sympa qu’ on mange ensemble, plutôt que je me réfugie dans mon appartement pourri et que je laisse Kayla tout seul. On avait qu’ à dire que quitte à être seul autant l’ être à deux. Je poussa la porte du bar et entendit le tintement familier qui annonçait l’ arrivée d’ un client. Je regarda autour de moi. Le bar était vide, alors j’ annonça à Kayla.

    - Désolé, ce n’ est que moi… Mais j’ ai les mains pleines !

    Je montra mes paquets en signe d’ excuse, au moins je ne débarquais pas les mains vides. Je m’ avança derrière le bar. Tout en constatant :

    - Ce que c’ est calme… On devrait mettre bar chauffé sur la porte peut être que cela attirerait les clients…

    Je souris à Kayla d’ un air désolé. Le bar était désert, mon compte en banque vide, ma vie privée un déststre alors forcément… je souriais comme je pouvais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar Kayla Brown


▬ messages : 69


WHO ARE YOU ?
▬ relationship:
▬ lien avec Amanda:
▬ dirty little secret: Jason N. Heston est le père de mon enfant

MessageSujet: Re: Les jours se suivent... ( Libre ) Dim 27 Déc - 9:23

    De nouveau, l'esprit de la jeune femme s'était mis à vagabonder. Une vague culpabilité l'avait envahie au souvenir de son amie décédée. Si aujourd'hui Amanda les hantait, apparemment ils l'avaient tous bien cherché. Bien sûr, elle n'était pas vraiment réjouie d'être le sujet de racontars, mise dans le même sac que tout le monde, et suspectée par le shérif Spencer d'être pour quelque chose dans la mort de sa fille. Pourtant, même si elle savait pertinemment qu'Amanda était morte et enterrée depuis bien longtemps, elle ne pouvait s'empêcher de penser que cela lui ressembler tout à fait de surprendre les gens lorsqu'ils s'y attendaient le moins et de les mettre dans une situation embarrassante.
    Le tintement de la porte la fit sursauter. Un client ? Non, ce n'était que Luke. C'était toujours mieux que rien. Sa présence était réconfortante d'autant plus que même si leur conversation s'arrêtait à des banalités, ils ne cherchaient jamais à embarrasser l'autre de questions gênantes. Aussitôt, Kayla afficha un large sourire - peut-être un peu trop large ? - sur son visage. Etait-elle réellement contente que son patron lui apporte à manger et dans ce cas-là cela commençait à devenir vraiment désespérant ? Ou bien même avec Luke elle se sentait obligée de préserver les apparences ? Non, c'était tout simplement parce qu'au moins une personne dans cette ville ne la jugeait pas et se comportait normalement en sa présence.


    - Tant que tu apportes à manger, tu es le bienvenue dans ton humble bar.


    Aussitôt, Kayla commença à jeter un oeil dans les sacs posés sur le comptoir. Elle n'avait pas réellement faim mais sa curiosité était éveillée par n'importe quel mystère, ne fut-ce que le sandwich qu'il lui avait pris. Sans lever le nez des sacs, elle lui répondit avec désinvolture.

    - Ou alors Open Bar, je pense que ça serait plus attractif.

    Bien sûr, ce n'était pas envisageable. Ce genre d'opérations commerciales se faisaient dans les grandes villes, pas à River Wood. Les jeunes, les moins jeunes, buvaient mais rares étaient ceux qui rentraient complètement ivres chez eux. Néanmoins, lorsque l'on ne payait pas, c'était tout autre chose... Ce serait un moyen d'attirer du monde. Cependant, même si elle n'avait aucune idée des comptes du café, Kayla se doutait bien que ce ne devait pas être très bon à en juger par la fréquentation des lieux. Tandis qu'elle continuait à farfouiller dans les sacs, elle tomba sur une bombe d'insecticides et aussitôt releva la tête.

    - Ne me dis pas qu'on a des cafards ici parce que là je te file immédiatement ma démission...

..................................
Take my heart to the limit

Le suicide,
Ce n'est pas vouloir mourir.
C'est vouloir disparaître.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar Luke H. Marshall


▬ messages : 98
Localisation : River Wood - Phoenix.


MessageSujet: Re: Les jours se suivent... ( Libre ) Dim 27 Déc - 11:46

    Mon grand père ne m’ aurait pas suggérer d’ embaucher Kayla, je me serais sentit bien seul. Seul au point de finir ivre derrière le comptoir… J’ avais toujours détesté la solitude, même si je m’ y étais enfermé depuis de longues années. Avec Kayla, tout était simple. On n’ était pas amis au point de se raconter nos vies et on était suffisant adultes pour savoir garder nos distances en bon professionnelle. En fait, même si on échangeait beaucoup de banalités, j’ aimais beaucoup lui parler. Elle ne me posait pas de question, elle ne me demandait pas pourquoi je revenais à River Wood après des études de Droit, aucune question désagréable, et on ne passait pas notre temps à évoquer notre passé… On parlait juste au présent.Jamais de futur, j’ avais bannis ce mot de mon vocabulaire. Et pour Kayla, je n’ en savais rien et ca ne me regardait pas. Tout ce que je savais, c’ est que sans elle, je n’ aurais jamais su me servir de la machine à café…. Et cela suffisait amplement à justifier sa présence.
    Je déposa mes paquets sur le comptoir. Et Kayla jeta un coup d’ œil, ou plutôt déballer mes paquets à ma place, ce qui ne me dérangeait absolument pas. Je n’ achetais rien de compromettant, juste de la nourriture.

    - L’ open bar, c’ est réservé au personnel. Si on plus de privilèges, on va le monde…

    Je lui souris. J’ adorais faire Open Bar, ca m’ aurait rappelé mes années facs. Mais là dans un petit café appartenant un à un vieux bled paumé… Faire Open Bar nous aurait juste ruiné d’ avantages. On ne pouvait pas vraiment se le permettre. Pas avec l’ état de nos finances… Je sortis les bouteilles d’ Alcool du sac en plastique et les déposa sur le comptoir, en attendant dans les transférer dans la réserve. Quand Kayla me parla de cafard, je soupira, l’ air blasé…

    - Tu vas pas t’ y mettre toi aussi…

    Mais pourquoi j’ avais acheté cette bombe aussi ? Tout ça à cause d’ Addison était de ces conneries. Je me tourna vers Kayla :

    - Y’ a pas de cafard ! Aucun cafard. Je vis pas dans un palace, c’ est pas très propre, mais j’ ai pas de cafards… Cette bombe c’ est juste au cas où…

    Ah merde… Elle parlait du bar, quel con ! Je me força à sourire, légèrement confus. Ma voix s’ adoucit :

    - Ah..Excuse moi… tu parlais du bar… Evidemment… Rassures toi, y’ a pas de cafards ni ici, ni ailleurs… Et tu me proposerais ta démission que je le refuserais. Franchement… qui d’ autres te remplacerait ?

    Je ne sais pas si c’ était bien dit, mais je n’ allais pas dire de but en blanc que Kayla était la seule à vouloir travailler ici ? Qui d’ autres accepterait de s’ enterrer à River Wood. A part les vieux du village, j’ avais l’ impression qu’il n’ y avait que nous deux et aussi Addison…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar Kayla Brown


▬ messages : 69


WHO ARE YOU ?
▬ relationship:
▬ lien avec Amanda:
▬ dirty little secret: Jason N. Heston est le père de mon enfant

MessageSujet: Re: Les jours se suivent... ( Libre ) Dim 27 Déc - 13:16

    Bien sûr, de par son statut d'abstinente, Kayla ne touchait jamais aux bouteilles d'alcool pour elle-même. Et puis, ce n'était pas son genre de profiter de ses avantages au dépend des autres. Elle n'aurait certainement pas pensé la même chose lorsqu'elle était ivre du matin au soir et du soir au matin. Lorsqu'elle avait annoncé à son parrain qu'elle avait trouvé du travail, il avait été plus que ravi pour elle mais cela avait été de courte durée lorsqu'il avait appris que c'était dans un bar. Elle venait tout juste de commencer à arrêter, il ne la pensait pas suffisamment forte pour résister à la tentation. Et la voilà un an plus tard, toujours sobre. Elle pensait au jeton qu'elle trimbalait dans la poche de son manteau et qu'on allait bientôt lui changer pour récompenser ses efforts. Un jeton en plastique, c'était une bien maigre récompense en comparaison du travail qu'elle avait du effectuer sur elle-même surtout. Mais tant que l'on était pas abstinent après avoir été alcoolique, personne ne pouvait comprendre la valeur de ce jeton, une valeur symbolique, une fierté, une façon de se racheter une conduite... Bien sûr, cela n'effaçait pas tout mais c'était une façon de recommencer à zéro.
    Aussi, elle ne releva pas la remarque de Luke. Inutile de s'attarder sur un sujet déplaisant.
    Pourtant, lorsque celui-ci s'emporta, elle fronça les sourcils. Mais de quoi parlait-il ? De son appart' ? Kayla n'y avait jamais mis les pieds et ne se serait jamais permis de le juger. Ce n'était qu'une plaisanterie jetée en l'air, elle ne pensait pas qu'elle énerverait autant son patron. Une fois qu'elle fut certaine qu'elle n'était pas directement visée par son coup de colère, la jeune femme se détendit.


    - Ok, je crois que tu as besoin de te détendre. Un bourbon ?

    Elle n'attendait pas de lui qu'il lui raconte la raison de son emportement. Il avait ses propres soucis. Parfois, c'était juste suffisant d'avoir une présence amicale à ses côtés qui ne demandait pas à connaître les détails croustillants. Qui sait peut-être qu'avec le temps ils finiraient par se raconter leurs problèmes ? Pour le moment, Kayla enleva quelques paquets des sacs qu'elle rangea dans les placards sous le comptoir.


    - Tu penses réellement que je te filerais ma démission pour quelques cafards ? Non, il faudrait au moins des rats pour que tu réussisses à te débarrasser de moi.

    Une chose était sûre, si les rats envahissaient le Phoenix, c'était la fermeture assurée. Luke serait obligé de virer la petite blonde. Elle n'avait aucune raison de partir, Luke avait été le seul à vouloir l'embaucher et à priori, elle ne retrouverait pas de boulot de si tôt étant donné ses compétences et sa réputation. Kayla n'avait pas envie de paraître aussi désespérée mais son boulot de serveuse au bar était tout ce qu'elle avait et certainement ce qu'elle aurait jamais. Pour d'autre, ce job ne pouvait être que provisoire, pas pour elle.

    - Tu sais, si tu poses quelques annonces près du lycée, tu aurais des tas d'étudiantes qui feraient la queue pour avoir un petit boulot... Je suis pas irremplaçable. Quoi que il faudrait que je leur apprenne à se servir de la machine à café avant de partir...

    Après tout, c'était comme ça qu'elle avait commencé. Au début, elle avait travaillé au Phoenix alors qu'elle n'était encore que lycéenne. A l'époque, le grand-père de Luke était le gérant. Cela faisait un peu d'argent de poche à Kayla. Aujourd'hui, c'était un salaire, maigre mais suffisant à sa subsistance.

..................................
Take my heart to the limit

Le suicide,
Ce n'est pas vouloir mourir.
C'est vouloir disparaître.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar Luke H. Marshall


▬ messages : 98
Localisation : River Wood - Phoenix.


MessageSujet: Re: Les jours se suivent... ( Libre ) Dim 27 Déc - 20:42

    Je m’ énervais contre Kayla, à défaut de pouvoir m’ énerver sur Addison. Notre situation était compliqué, même impossible à gérer… Je ne savais plus sur quel pied danser, est ce que je devais mettre de côté ma rancœur, oublier le passé ? Lui avouer mes sentiments pour elle ? Mais et après ? J’ avais changé, je n’ étais plus du tout l’homme qu’ elle avait aimait. Lui dire que je l’ aime pour ensuite la décevoir, charmant plan ! Non vraiment… Je cherchais en vain une autre possibilité, la seule que j’ avais trouvé consistait à partir à l’ autre bout du monde, ou plus probablement du pays, forcément avec les moyens que j’ avais. Fuir… encore une fois. Si je partais, mon grand père ne me le pardonnerais sûrement pas. Mais si je restais alors je serais un poids pour eux. Je devais passer des examens médicaux, mais bonjour la facture… Mes grands parents préfèreraient se saigner aux quatre veines pour ma santé, plutôt que m’ enterrer. La sagesse aurait voulut que j’ appelle mon père pour lui demander de l’ aide. Mais non hors de question… je lui avais dit qu’il n’ était plus mon père, je me voyais mal lui demander de l’ aide. J’ avais trop de problèmes pour pouvoir me détendre. Kayla le comprit rapidement. J’ hocha la tête quand elle me proposa un bourbon.

    - Ouais… ca peut pas faire de mal. Merci.

    Inutile de préciser que j’ étais sur les nerfs, cela se voyait suffisamment. Un patron du bar qui finit les fonds de bourbon cela ne fessait pas sérieux. Mais et alors ? Y’ aurait sûrement pas de clients de toute façon. Kayla me servait un bourbon, elle m’ aida à ranger les courses… Des rats la ferraient fuir ? Je lui souris, pas vraiment dupe que quelques rongeurs puisse la faire partir. Des rats… c’ était plutôt mignon. Autant les cafards je comprenais que c’ était dégoutant, vous dites à une femme qu’un rat est une souris, elle dira sûrement que c’ est mignon. Kayla voulait partir ? Cette nouvelle me fit presque sursauté ! Hors de question que Kayla abandonne le navire, du moins tant que je pouvais la payer…

    - Tu veux partir ? Je suis sûrement l’ un des premiers à vouloir aussi partir… Donc je le comprendrais, mais pour être franc, ca me… ferait chier.

    Je n’ avais pas pour habitude d’être grossier, mais Kayla ne sera sûrement pas choqué, elle en avait vu d’ autres. Si elle partait, en plus de me sentir encore plus seul, je serais aussi très jaloux… A sa place, je serais parti depuis longtemps, je n’ aurais pas supporté aussi bien qu’elle toutes les rumeurs dont elle était objet. Au lycée, son ventre rond était l’ objet de toutes les moqueries inimaginables, et je n’ étais pas le dernier à l’ appelé l’ encloqué. Aujourd’hui, je regrettais très largement ma conduite immature et ne la jugeait plus. Mais il serait hypocrite de dire que j’ ai toujours considéré Kayla comme quelqu’un de sympa. Kayla proposa d’ embaucher une lycienne ? Le seule avantage que je voyais, c’ était que je la payerai moins chère. Mais je n’aurais pas la patience d’avoir une gamine d’ adolescente dans les pattes. Elle passerait son temps à mâcher des chewing gum et à envoyer des sms. Non merci.

    - Te remplacer par une lycienne ? Je n’ ai aucune patience, j’ ai pas envie de jouer les baby sitters….

    Si vraiment elle part, je n’ embaucherais personne d’ autre. Je n’ ai aucune envie de former quelqu’un.. Avec ma chance monstre, je tomberais sur une grosse pipelette… cela serait insupportable. J’ allais perdre une employé super, qui se rapproche le plus d’ une amie d’ ailleurs… Rien de telle pour parler de « journée de merde », je pris la bouteille de bourbon et la tendit à Kayla, qui ne s’ était rien servit.

    - T’ en veux un ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar Kayla Brown


▬ messages : 69


WHO ARE YOU ?
▬ relationship:
▬ lien avec Amanda:
▬ dirty little secret: Jason N. Heston est le père de mon enfant

MessageSujet: Re: Les jours se suivent... ( Libre ) Lun 28 Déc - 17:20

    Kayla attrapa la bouteille derrière elle sans même regarder sur l'étiquette. Elle savait instinctivement où se trouvait chaque alcool. Le bar était un véritable prolongement de son propre corps. Si elle quittait son foyer, où irait-elle ? Elle attrapa un verre qu'elle venait d'essuyer et le rempli à moitié avant de le poser devant Luke. Loin d'elle l'idée de le juger. Tant qu'il ne sombrerait pas dans l'alcoolisme, elle ne s'en mêlerait pas. Et puis, c'était elle qui lui avait proposé un verre. Elle se souvenait de l'effet relaxant d'un bon verre après une journée difficile. Enfin, ça c'était au tout début.

    - Rassure-toi, je n'ai pas l'intention de partir. Où veux-tu que j'aille d'ailleurs ? Le Phoenix est un peu comme ma maison et ça m'ennuierait de devoir le quitter.

    Fauchée, une famille qui l'avait jetée à la rue au moment où elle avait le plus besoin d'aide. L'endroit le plus approprié serait un trou de souris où elle pourrait se cacher, enfoncer la tête dans le sable comme une autruche et attendre de crever. Bel avenir en perspective ! Elle ne pensait pas que sa vie serait mieux ailleurs qu'à River Wood. Bien sûr, les gens ne la jugeraient pas sur son passé mais elle savait que le problème venait d'elle. Et puis, aux réunions, on lui avait appris à ne pas fuir ses responsabilités ou devant les premiers problèmes venus. Si le Phoenix avait des difficultés, elle resterait jusqu'au bout. Elle aiderait Luke du mieux qu'elle le pourrait et aurait sa conscience tranquille.
    Luke semblait avoir gardé une bien piètre image des lycéennes. Il faut dire qu'à cette époque, il ne fréquentait que des stéréotypes. Toutes les adolescentes n'étaient pas superficielles même si elles ne constituaient pas la majorité. Et puis, en général, ce n'étaient pas les plus insupportables qui prenaient un job d'étudiant. Avec le temps, le jeune homme semblait s'être refermé dans une coquille que Kayla ne pouvait que distinguer sans vraiment en connaître l'ampleur. Pour embaucher quelqu'un d'autre, il faudrait faire passer un véritable casting ! Il n'était pas exigeant mais c'est vrai qu'à River Wood c'était difficile de trouver quelqu'un qui ne se mêlait pas des affaires des autres.
    A la proposition de Luke, la jeune femme refusa avec indifférence.


    - Non, merci.

    En général, en cas de situation embarrassante, elle préférait inventer qu'elle ne tenait pas l'alcool. Elle n'aimait pas trop crier sur les toits qu'elle était une ancienne alcoolique et fournir un autre sujet de ragot aux gens. Elle faisait confiance à Luke, il ne lui aurait certainement fait aucun commentaire. Mais c'était une période de sa vie qu'elle préférait oublier et les regards interrogateurs ou emplis de pitié qu'ils lui lanceraient la lui rappellerait constamment. Elle s'échappa en emportant le reste des paquets dans la réserve. Elle revint dans la salle, toujours vide, en soupirant.

    - Ne fais pas cette tête, c'est pas comme ça que tu vas attirer les clients !

..................................
Take my heart to the limit

Le suicide,
Ce n'est pas vouloir mourir.
C'est vouloir disparaître.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar Luke H. Marshall


▬ messages : 98
Localisation : River Wood - Phoenix.


MessageSujet: Re: Les jours se suivent... ( Libre ) Lun 28 Déc - 21:39

    La seule bonne nouvelle de la journée : Kayla ne quittait pas le navire. Ouf ! Sauvé… Enfin, du moment que je pouvais lui payer son salaire, ce qui à cette allure là ne durerait pas longtemps. Elle aussi avec un loyer à payer, des achats à faire… Je savais bien que le jour où l’ argent manquerait, elle et moi n’ aurions pas le choix. Elle devrait partir, ou je devrais la virer. J’ espérais ne jamais en arriver là. Mais je n’ étais pas doué pour les affaires, je savais faire les comptes, les courses, servir les clients, mais je n’ étais pas spécialement doué pour faire la conversation. Plus le temps passait, moins j’ aimais les gens… Ce qui était problématique pour un barmaid. Il faut dire qu’ à la base j’ avais une formation d’ avocat, qu’ est ce que je fichais là ? Je me demandais tous les jours. L’ affaire de mon grand père allait mal, et il me tenait en bien trop grande estime pour avouer que j’ étais simplement mauvais. A Paris, j’ étais barmaid, je ne fessais rien de plus que déposer des verres sur la table et les nettoyer ! Alors ici, j’ étais incapable de faire plus… Le Phoenix, c’ était génial. J’ adorais cet endroit, j’ avais grandit entre les tables comme le dit mon grand père, c’ était chez moi… Je devais redresser la barre. Mais peut être que je n’ en n’avais pas les capacités. Tout s’apprend parait-il… mais est ce qu’il n’ était pas déjà trop tard pour que le Phoenix sort la tête de l’ eau…. J’ étais peu optimiste sur l’ avenir du bar. Mais ça, je le gardais pour moi. Kayla restait alors je lui souris et lui dit :

    - Tant mieux… Si c’ était une technique pour t’ augmenter, j’ en ai pas les moyens…

    Malheureusement, mais fallait que j’ arrête de penser aux finances du Phoenix. Autrement dit de broyer du noire. Peut être que cela s’ arrangera. Mais sûrement pas en embaucher une lycienne, peut être que je ne trainais pas avec les bonnes personnes. Mes relations se limitaient à l’équipe de baskets et au pom-pom-girls… Ce n’ était pas des références. Tiens, cela me fit penser que durant mes années lycées, je n’ avais pas dû adresser la parole à Kayla. Et pourtant elle travaillait dans le bar de mon grand père qui m’ élevait. J’ avais forcément dut la croiser et je ne m’en rappelais même pas… Où est ce que Kayla voulait aller ? Je ne le comprenais pas… Elle n’ était jamais partie à ma connaissance. Son horizon se limitait à River Wood. Prenant mon courage à deux mains, je proposa d’ une petite voix…

    - A la fac ? … Ca t’ as jamais manqué de pas y être aller ? Remarque qu’ y aller ne m’ a pas servit à grand-chose, on se retrouve au même endroit.

    Même elle était serveuse et moi « gérant » il ne fallait pas se leurrer… Gérant voulait simplement dire que je fessais les comptes, et que mon grand-père était le proprio… J’ étais juste pistonné, j’ avais pas plus de compétences qu’ elle, j’ en avais même moins, compte tenu qu’ elle avait été suffisamment sympa pour m’ apprendre certains trucs. Mon job, cela aurait dû celui de Kayla, si cela ne l’ était pas c’ était juste pour que le nom Marshall reste sur la vitre…. Kayla refusa que un petit verre, je n’ insista pas. Elle était si sérieuses… que je m’ y étais habitué. Elle partit dans la réserve et … je ne bougea pas d’ un pouce jusqu’ à son retour. Savourant mon petit bourbon. Sa réflexion me fit sourire, plus sincèrement qu’ au début de la conversation. Je la regarda et lui fit un grand sourire, on aurait dit un sourire de clown…

    - C’ est mieux comme ça ? Je risque de leur faire peur si j’ en fais plus…

    Reprenant un sourire moins exagéré, je finis mon verre d’ un trait et le déposa dans levier. Je pris Kayla de cours en lavant moi-même mon verre et en l’ essuyant. Au bar, j’ étais maniaque, dans mon appart… désorganisé même bordélique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar Kayla Brown


▬ messages : 69


WHO ARE YOU ?
▬ relationship:
▬ lien avec Amanda:
▬ dirty little secret: Jason N. Heston est le père de mon enfant

MessageSujet: Re: Les jours se suivent... ( Libre ) Mar 29 Déc - 17:39

    Certes le salaire de la jeune femme était loin d'être mirobolant mais il lui suffisait amplement pour payer son loyer, c'était tout ce dont elle avait besoin. Elle n'avait jamais eu besoin d'extra, même pendant son adolescence, alors ce n'était pas maintenant qu'elle allait faire sa difficile. Oui, son job et sa paye lui suffisaient, elle avait toujours manqué d'ambition de toute façon. Qu'aurait-elle fait d'argent supplémentaire ? Elle n'avait aucune passion, aucun loisir et avait assez pour se nourrir et s'habiller. Un surplus aurait été du gâchis. Et surtout, avec qui dépenser cet argent ? Elle passerait les fêtes toute seule devant sa télé, avec un paquet de chips et une bouteille de coca. Elle en aurait peut-être fait don à des associations caritatives ou quelque chose dans ce genre-là. Comme toujours, Kayla préféra détourner la tension des sujets sensibles par l'humour :

    - Dommage, j'espérais bien avoir une prime de Noël au moins...

    La jeune femme fit le tour du comptoir et vint s'asseoir à son tour sur un tabouret, plaçant ses mains sous ses fesses afin de les garder bien au chaud. De temps à autres, ses pieds se balançaient dans le vide. Kayla s'immobilisa à la question de Luke. Bien sûr, malgré son caractère, elle avait voulu aller à la fac comme tous ses camarades. C'est même une des raisons pour lesquelles elle avait abandonné son enfant. Mais les choses ne s'étaient pas passées comme elle les avait prévues et la petite blonde n'avait jamais mis les pieds sur un campus universitaire. Qui sait ? Peut-être qu'un jour elle reprendrait ses études, au moins en cours du soir. Avant de tomber enceinte, elle aurait voulu faire des études de médecine. Elle aurait rendu fiers ses parents. Dr Kayla Brown, ça sonnait bien. Mais ça n'avait jamais été qu'un rêve que même à l'époque elle pensait impossible à réaliser avec ses notes qui n'étaient que moyennes au lycée. Sur le moment, ses études lui paraissaient bien dérisoire en comparaison de la culpabilité qu'elle éprouvait et de la douleur à laquelle elle ne s'attendait pas. Ce n'était que l'année dernière, lorsqu'elle s'était mise à chercher un travail qu'elle avait regretté de n'avoir aucun diplôme. Ca aurait au moins peser dans la balance contre sa mauvaise réputation. Quant à l'esprit de camaraderie, et bien, elle en avait assez souffert au lycée, inutile de subir le même type de bizutage qu'avait subi Amanda à l'université.

    - J'y penserai quand je serai vieille et que je n'aurai rien d'autre à faire. Mais pas avant 80 ans, avant ça serait beaucoup trop tôt...

    Mais son sourire s'atténua et elle reprit plus sérieusement.

    - Je ne pense pas qu'on ait besoin de l'expérience de la fac pour s'épanouir. Tu l'as dis toi-même, toi comme moi nous avons fini au même endroit. Mais rien ne t'empêche de considérer le Phoenix comme un tremplin vers autre chose. Qui sait ? Peut-être que dans un an, tu seras le proprio d'un pub branché de New York...

    A voir la tête de Luke, Kayla ne put s'empêcher d'éclater de rire. L'exagération de son sourire lui donnait un air parfaitement stupide. La jeune femme se sentait bien. Ca faisait longtemps qu'elle ne riait plus et elle ne se souvenait presque plus combien cela faisait du bien. Ca allégeait le corps et l'esprit.

    - Dommage que je n'ai pas eu un appareil photo sous la main...

..................................
Take my heart to the limit

Le suicide,
Ce n'est pas vouloir mourir.
C'est vouloir disparaître.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar Luke H. Marshall


▬ messages : 98
Localisation : River Wood - Phoenix.


MessageSujet: Re: Les jours se suivent... ( Libre ) Mer 30 Déc - 22:15

    J’ aurais adoré offrir une prime de Noël à Kayla, elle l’ aurait largement mérité. Mais c’ était impossible, le Phoenix accumulait les dépenses et non les bénéfices. A mon grand regret… Je ne savais pas du tout comment mon grand père avait réussit à faire tourner la boutique si longtemps. Je n’ avais pas ses compétences, je ne m’ en sortait pas. Je gérais les finances… Je cumulais les soustractions encore et toujours. Et je pensais sans cesse au dettes que j’ avais sur le dos. Je n’ aurait jamais dû signer n’ importe quoi. Ma priorité c’était ça, retrouver une stabilité financière mais avec un salaire irrégulier… ce n’ était pas une mince affaire. J’ aurais pu avoir une prime de Noël ca aurait largement arrangé mes affaires… Mais on n’ en n’ était pas là. J’ étais désolé de ne pas avoir les moyens de donner un petit extra à Kayla. Aussi je m’ en excusa par les mots suivants…

    - Je t’ offrirais une boite de chocolat…

    Il fallait mieux un petit quelque chose, qu’un grand rien du tout. Des chocolats ce n’ était pas grand-chose, mais je ne pourrais rien faire de plus. Malheureusement… J’ aborda le sujet de la fac, ce soir était l’ occasion de répondre à cette question qui m’ avait toujours tourné dans la tête. Kayla n’ avait rien… enfin selon moi pas grand-chose, elle n’ avait pas gardé son enfant, pas de famille à ce que j’ en savais et pas de formation solide sinon celle du Phoenix. Chaque jour, je regrettais de ne pas avoir finit mes études. Tout ça à cause d’ une femme… Ca me semblait vraiment une décision idiote aujourd’hui. J’ aurais tellement eut besoin de ce métier d’ avocat, je me serais raccroché à quelque chose de solide… Même si nous en étions au même point Kayla et moi, c’ était différant.

    - Moi c’ est différent… J’ aurais dû continuer mais… j’ ai pas… Les choses ne sont pas passé comme je l’ avais prévu.

    Une parabole pour ne pas dire que j’avais tout plaqué du jour au lendemain, à cause de ma copine de l’ époque. Pour qui j’ allais passé ? Pour un amoureux transi qui était incapable de se remettre d’ une simple rupture… ? Non merci. Kayla parla du Phoenix comme d’ un tremplin, elle était sérieuse ? Je rigola. Kayla était vraiment trop gentille. En tant que gérant de bar, j’ étais mauvais. Très mauvais. C’ était pas mon truc, je ne savais pas faire ça. Et Kayla devait être la première à le savoir…

    - Bien sure… Quand j’ aurais coulé le Phoenix, le New York Lounge décidéra de m’ embaucher…

    Proprio d’ un pub branché… Je fis non de la tête. Manquerait plus que ça ! J’ étais à des années de mes premières ambitions professionnels. A River Wood… un tremplin ? C’ était trouvé de l’ eau en plein desert ! Impossible. Kayla était une douce rêveuse. Je la fis rire par mon sourire exagéré. Tiens ! Ca cela pouvait être une idée de reconversion…

    - Je pourris toujours être clown… Je vais attendre qu’un cirque passe et je partirais avec…

    Je lui souris et me leva pour aller chercher la pub que nous avions reçu avec le courrier. La recherche des promotions étaient l’ une des grandes activités de ma journée. Je posa la pile sur le comptoir et me rassit à ma place puis feuilleta la première pub du tas. Dès les premières pages, je découvrit une enveloppe. Un courrier qui s’ était glissé là…Pas de timbre, ni d’ adresse. Je jeta à coup d’ œil à Kayla :

    - L’ un de nos à un admirateur, on dirais…

    J’ ouvris l’ enveloppe, je m’ attendais à tomber sur une connerie de tombola où à avoir gagner une voiture – on peut toujours rêver – il n’ en n’ était rien. En lisant les deux phrases dactylographié, mon visage se décompensa « Je sais que vous lui avez fait. Vous allez payer ». Je la relu à plusieurs reprises et jura intérieurement…Je n’ aimais pas particulière être l’ objet de menace. Sans un mot, je tendis la lettre à Kayla et inspecta l’ enveloppe. Rien de plus… On avait un corbeau qui nous écrivait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar Kayla Brown


▬ messages : 69


WHO ARE YOU ?
▬ relationship:
▬ lien avec Amanda:
▬ dirty little secret: Jason N. Heston est le père de mon enfant

MessageSujet: Re: Les jours se suivent... ( Libre ) Ven 1 Jan - 20:36

    Donc elle se contenterait de la boîte de chocolats, ça tombait bien, elle n'était pas très difficile. Et puis, il faut bien avouer que les chocolats étaient les meilleures friandises du monde. Tout le monde en raffolait, en offrir ou en recevoir faisait toujours plaisir. Enfin, il est de notoriété publique que le chocolat est un excellent euphorisant. Après une bonne tablette, on se sentait toujours mieux. Vu le gabarit de la jeune femme, elle pouvait se permettre d'en manger quelques unes sans s'inquiéter pour sa ligne. Bien sûr, son apparence était loin d'être son premier soucis depuis un petit moment. Elle s'habillait le plus souvent en jean, des vêtements dans lesquels elle se sentait à l'aise... Elle n'avait personne à impressionner.
    Kayla n'avait absolument aucune idée de ce qui avait pu arriver à Luke à la fac pour qu'il se retrouve coincé à River Wood. D'après le peu qu'elle en savait, il faisait du droit et apparemment se débrouillait pas trop mal. Elle savait simplement ce que sa cassette sur le blog d'Amanda avait dévoilé. Oui, sa curiosité l'avait poussée à visionner la cassette qui lui était réservée. Mais elle s'était arrêtée là et n'avait pas cherché à en savoir plus, estimant que ça ne la regardait pas. Aussi, peu importe ce qui avait pu se passer et qui avait pu perturber les plans pour son avenir, la petite blonde ne comptait pas torturer Luke de questions indiscrètes.


    - Malheureusement, rien ne se passe jamais comme on l'avait prévu. Peut-être que c'est mieux ainsi, nous ne sommes que de pauvres mortels après tout.

    En effet, peu importe l'avenir auquel on avait pu rêver adolescent, rares étaient les personnes qui l'accomplissait que ce soit au niveau professionnel ou personnel. La vie était faite d'imprévus et c'est ce qui la rendait intéressante par certains aspects. Elle était parfois joueuse, ironique et parfois tout à fait banale et vide de sens. Kayla n'avait pas prévu d'être serveuse au Phoenix toute sa vie, mais aujourd'hui cela faisait partie de ses nouveaux plans pour le futur. Comme quoi, tout le monde était capable de s'adapter aux imprévus.
    Pour sa part, Luke avec son trait d'humour émettait un rêve commun à presque toute leur génération à River Wood : s'enfuir de ce patelin paumé par tous les moyens possibles et imaginables. Bien sûr, la vie de saltimbanque était incroyablement attirante pour sa liberté, les voyages... Kayla croyait son patron bien capable de saisir la première occasion venue pour quitter River Wood. D'ailleurs, comme presque tous ceux qui avaient été à la fac, c'était un objectif à atteindre pour ne pas reproduire la même existence que ses parents. Malheureusement, loin des rêves d'adolescents, ils étais tous devenus des adultes plus ou moins responsables avec des devoirs à assumer. Pour un certain nombre d'entre eux, il était d'ailleurs impossible de quitter River Wood sur la restriction du Shérif. C'était une liberté conditionnelle, surveillée voire traquée jusque dans ses retranchements. Ils savaient tous qu'ils étaient surveillés, leur passé épluché mais ils n'avaient d'autre choix que de coopérer. Pensive, la jeune femme attrapa machinalement quelques cacahuètes dans un ramequin non loin d'elle tandis que Luke alla chercher le courrier. Rien de bien intéressant certainement. Pourtant, il lui tendit une lettre qu'il avait lu avant. Pourquoi ? Qui pouvait bien lui écrire ? Et surtout au Phoenix ?


    Citation :
    Je sais que vous lui avez fait. Vous allez payer.

    Quelle surprise, encore des menaces. Depuis la diffusion des cassettes sur internet, non seulement les principaux intéressés étaient l'objet de toutes conversations, tous regards et tous soupçons mais en plus, de temps à autres, quelques esprits dérangés les menaçaient de façon plus ou moins directe. Quelques jours plus tôt, un petit malin s'était amusé à l'appeler chez elle plusieurs fois d'affilé en se faisant passer pour Amanda. La jeune femme soupira et déchira la lettre en plusieurs morceaux.

    - Apparemment, certains n'ont pas grand chose à faire... L'autre nuit Amanda m'a appelée de l'au-delà.C'était sympa de parler du bon vieux temps. Tu parles d'admirateur... En tous, cas je suppose que cette lettre t'est destinée, après tout c'est ton bar, par le mien.

..................................
Take my heart to the limit

Le suicide,
Ce n'est pas vouloir mourir.
C'est vouloir disparaître.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar Luke H. Marshall


▬ messages : 98
Localisation : River Wood - Phoenix.


MessageSujet: Re: Les jours se suivent... ( Libre ) Dim 3 Jan - 19:24

    Mon passé ne regardait que moi… Voila pourquoi Kayla ne savait pas grand-chose sur ma vie. J’ avais perdu l’ envie de parler de moi depuis un certain temps déjà. A qui la faute ? Aux circonstances, sans doute. Toujours est-il que c’ est comme ça… River Wood savait suffisamment des choses sur moi, pour que j’ en rajoute pas. Pour les gens, j’ étais le gosse qu’on avait abandonné à ses grands parents. Le fils de l’avocat, l’ orphelin… Et plus récemment celui qui avait largué Amanda Spencer parce qu’ elle n’ était pas assez bien pour lui. Je n’ en n’ étais pas fière. Mais elle m’ aimais plus que moi ! J’ en étais désolé, j’ avais agis comme un gamin immature et plus préoccupé par soi que par les autres. Mais j’ avais 15 ! On n’ avait pas le droit de me reprocher des actes qui remontaient à si longtemps. J’ avais changé, j’ avais grandit. Peut être que je ne valais pas mieux parce j’ avais aussi abandonné Addison. Mais les circonstances étaient totalement différentes. Ce n’ était pas comparable. Je ne voulais plus penser à cette vieille histoire. Amanda était morte, et ce n’ était pas ma faute. Je savais que le Sheriff me détestait à cause de la casette, mais cette haine ne datait pas d’ hier, depuis que j’ ai largué sa fille, il ne pouvait plus me sentir… Je le vivais bien, j’ étais fils d’ avocat, alors je suppose que c’ était une raison suffisante pour ne pas me chercher d’ ennui. C’ est pour ça que je tira une drôle de tête quand Kayla parla d’ Amanda comme un fantôme qui lui parlait de l’ au déla, j’ étais pas fan de parler des morts. Surtout d’ Amanda… avec ce corbeau et ses casettes. C’ était troublant, j’ évitais de me poser trop de question et j’ allais rarement sur internet. Pour moi ce message, ne parlait pas du tout d’ Amanda mais d’ un bien autre histoire. Qui ne concernait pas Kayla, mais ce n’ était pas une raison pour ne pas me soutenir.

    - Je te remercie de ta solidarité… Ca dit vous, on aurait pu être tous les deux concernés !

    Bon, je n’ y croyais pas trop moi-même, mais quand même. Je passa ma main sur mon bouc, songeait pour la énième fois que je ferais mieux de la rasé. Puis je soupira, je savais de qui pouvais venir cette lettre et ce ne me plaisait guère. Sans prévenir, je lâcha l’ inimaginable.
    - J’ ai couché avec une femme marié.

    Kayla déchirra la lettre ! J’ écarquilla les yeux… Mais pourquoi elle fessait ça ? C’ était une preuve ! Dans un procès ce genre de chose pouvait servir, et peut être qu’ il y avait des empreintes dessus !

    - Mais pourquoi t’ as fais ça ? C’ était une preuve.. le shérif… Ouais, non… il me hait.
    Impossible d’ aller lui en parler, il m’ écouterait pas…. Je soupira encore, j’ en avais marre de m’ attirer des problèmes. Sous le regard de Kayla, je sentit que j’ en avais dit trop ou pas assez. Est-ce que c’ était le besoin de parler à quelqu’un qui me poussait à parler ? Ou juste l’ envie de me justifier ? Je ne voulais pas qu’on croit que j’ étais le type d’ homme qui couchait avec une femme marié. Mais ce n’ était pas n’ importe qu’ elle femme marié… C’était Addison.

    - C’ est pas ce que tu crois.. C’ était un accident, j’ ai eut un problème de santé, et une légère amnésie donc pour moi on était encore ensemble quand on … est passé à l’ acte. Et son mari, n’ est pas vraiment le type idéal, il est plutôt violant… Addison n’ est pas le genre de fille qui…

    Ca y est… Je tenais un discours totalement incohérent, je m’ arrêta. Soudainement conscient que Kayla n’ en n’ avait rien à faire et surtout qu’ elle ne devait rien comprendre à mon discours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les jours se suivent... ( Libre )

Revenir en haut Aller en bas

Les jours se suivent... ( Libre )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BRING ME TO LIFE :: R.I.V.E.R. W.O.O.D. :: Bar & Coffee :: Phoenix -